• 118 Crépuscule

    Image source internet

    118 Crépuscule

    Texte de Dan le 24 avril 2020

     

     

    La vague légère

    Au doux clapotis

    Le long de sa chair

    Roule sans bruit

     

    Le soleil vorace

    Sur ses courbes virtuoses

    Dessine avec audace

    Ce que la vertu n'ose

     

    Battements de Cœur

    Ivresse d'amour

    Tourbillon de bonheur

    Quand on lui fait la cour

     

    Sur sa peau toute nue

    Que la pudeur ne cache

    S'étalent sans retenue

    Des mots de panache

     

    De suaves embrassades

    En galantes caresses

    Les cœurs en chamade

    Flambent de tendresse

     

    Une torride sensation

    Aiguise les corps brûlants

    L'inexorable passion

    Explose eperdument

    Dan

    25 avril 2020 © Tous droits réservés Daniel Caterina

    « 117 Le fauteuil à bascule
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :